- 22 Janvier : Lever 7h. Petit déjeuner avec Joe, Rachel et Matthew à la pâtisserie en face de la guesthouse. Minibus pour Ventiane part assez tard car on change de minibus à la gare. Route pas top et avec des travaux un peu partout. On arrive vers 13h30, au bord du Mékong et assez proche du centre-ville, donc je peux voir un paquet de guesthouses. La plupart sont complètes et les autres proposent des chambres doubles ou triples autour de 10€. Certaines ont quelques chambres autour de 60 à 80000 kips mais des taudis avec des draps pas propres et des chambres sans fenêtres. Je vais même vers la sortie de la ville vers une autre sensée être en dessous de 8$ mais il ne reste plus que des triples à 15$.

      Je prends donc un touk-touk pour revenir en centre ville vers les premières que j’avais vues. Une est complète, une autre que je n’avais pas vue à l’aller, qui ressemble plus à une auberge de jeunesse a des chambres à 80 M Kips avec douche chaude dans la chambre. Je me pose là et mange donc à 16h après deux heures de galère et monte ensuite mes sacs à ma chambre. En montant j’ai devant moi un français qui vit avec une Thaï avec qui j’entame de discuter. Il s’appelle Yvan et vit et travaille ici à Ventiane et sa copine est frontalière de vers Udon Thani. Il loge à l’hôtel le temps de se trouver une maison à louer. Il me donne des plans pour aller aux 4000 îles voir des amis à lui et se propose même de l’appeler pour qu’il me fasse visiter sur un jour et demi. Je le remercie et note toutes les coordonnées pour la suite.

      Je descend attraper un vélo, un peu pourri mais pour 1€ la journée on va pas demander la Lune, et je pars voir le Patouxai sorte d’Arc de Triomphe carré entouré d’un parc et de fontaines qui regarde le palais présidentiel à quelques centaines de mettre en bas de l’avenue. Puis je me dirige vers le monument le plus important et vénéré de la région et du pays, qui sert d’emblème à ce dernier, le Wat That Luang, à 4 km du centre ville au bout d’une grande avenue, tout doré ce stupa de plus de 15 mètres de haut renfermerait un cheveu de Bouddha et les cendres de sa hanche. Je prends quelques clichés et pédale à fond pour aller voir le coucher du soleil sur le Mékong, pas assez vite cela dit car quand j’arrive le soleil se cache déjà derrière la brume.

      Je retourne à la guesthouse pour poser le vélo, me doucher et me changer vers 18h30. La douche marche pas alors c’est tardivement que je la prend et que je descend traîner dans la rue voir où Yvan me disait qu’il serait. En fait ce soir son amie vendeuse de brochettes n’y est pas alors je me renseigne pour les bus jusqu’aux 4000 îles, les locations de scooters, et j’essaie de repérer un coin pour manger.

      Je m’arrête à un stand où une française est assise à une table, je lui demande ce qu’elle mange et commande la même chose. On entame de discuter. Elle est opticienne à Toulouse et a de la famille en Andalousie (elle est très typée nord-africaine) et de la famille en Aveyron et en Lozère (son grand-père est un Delpuech de la Canourgue). Elle était en voyage sur 15 jours et en a fait une partie avec un ami à elle qui faisait un tour du Monde. Elle fait les quatre derniers jours toute seule dans les alentours de Ventiane. Quand on discute j’aperçois les allemands et les anglais du bus de Chiang Mai s’installer à un resto à côté. Yvan passe aussi et me dis que finalement ils venaient juste de sortir manger quelque chose car sa copine ne se sentait pas bien et ils n’étaient pas allés voir leur amie.

      Après avoir quitté Lucie je rejoins les gens du minibus de chiang mai boire une bière avec eux et leur raconter un peu ce que j’ai fait. Ils me conseillent vivement le Bouddha Park à une vingtaine de kilomètres d’ici. Je les quitte vers 23h30 après le couvre-feu et remonte à ma chambre mettre à jour mon blog en sirotant un verre de whisky Lao.