- 27 Janvier : Lever assez tôt avec le soleil et le chant des oiseaux. Bon petit déjeuner et ensuite je vais voir Bee qui déjà depuis 5h du matin travaille la terre devant chez Koum. Je discute un peu avec elle puis sa sœur Ann arrive et moi je pars avec Jojo en vélo au marché d’Amnat Charoen.

     On s’arrête d’abord dans le voisinage chez un ami de Jojo ancien pilote d’hélico de l’armée qui a fait le Vietnam et qui fait avec son épouse du poisson séché. Je visite le fumoir et vois arriver les caisses congelées de poissons qu’ils vont fumer dans la journée, on repassera en fin d’après-midi.

     On pose les vélos et traverse tous le marché à la recherche d’épices et de légumes frais. J’achète des piments rouges, de la citronnelle en herbe, de la pâte de curry vert, de l’ail thaï, du tamarin, et un peu de viande séchée. On revient par une autre route.

     Il est environ 11h, on part tous ensemble avec la sœur à Bee près du grand lac à un dizaine de kilomètres de la ville. Plusieurs cahutes proposent de cuisiner du poisson du lac qu’ils attrapent juste avant de le cuire. On se pose à une table tous les quatre à quelques mètres de l’eau et on déguste de la papaya salad (papaya pok pok), peu épicée car Bee l’a demandé, deux gros poissons du lac grillés comme au Laos avec un bouquet d’herbes à l’intérieur, avec du riz gluant et des morceaux de porc épicés pour Jojo qui raffole pas du poisson d’eau douce. C’est délicieux.

     Après on part avec Jojo faire une petite balade digestive pensant qu’on pourrait rejoindre le bouddha debout. Pas très loin car on ne trouve pas de vraie piste et on rebrousse chemin. Du coup après avoir payé la moitié du repas, on part voir un temple au milieu de nulle part dans la forêt autour du lac où il y a un grand bouddha couché et des moines un peu partout installés dans la nature autour du temple. Bizarrerie, le sol est une grande coulée basaltique, foncée, comme si on avait fait du bitume, mais en plus cahoteux. Ensuite on prend une autre route pour aller voir le fameux bouddha debout qui fait plus de 30 mètres de haut et lui aussi en haut d’une colline, en pleine nature, entouré d’autres bouddhas, dont un à gros ventre.

     On repart vers Amnat Charoen et on s’arrête près d’un autre lac où j’étais allé il y a deux ans, voir s’il y a l’ami suisse de Jojo. Il n’est pas là alors on retourne en ville et on va acheter mon ticket de bus pour demain : départ à 9h30, seulement 460 bath avec le repas compris, arrivée vers 18h, ce qui me laisse 6 heures de battement pour l’avion.

     En revenant au village de Jojo, on s’arrête voir les poissons fumés et Jojo en achète 4 pour seulement 60 baths qu’on mange tout de suite en arrivant à la maison, sur la terrasse à l’ombre avec un peu de riz gluant que la sœur à Bee est allé cherché dans une épicerie, tout ça en guise de quatre heures…mais c’est vrai que ce poisson de mer (proche du maquereau) est délicieusement fumé et cuit doucement et a une chair savoureuse.

     On se pose un peu avant de prendre la route pour Nam Plick, chez Warunee, vers 17h. Là aussi c’est la surprise, on arrive chez « Mamie » qui a l’air en pleine forme et qui a le petit Kita sur les genoux en train de dormir, elle me reconnaît pas tout de suite puis va chercher Boum qui n’a pas beaucoup changé sauf une teinture récente des cheveux.

     On s’installe dehors tandis que Boum va chercher de la bière fraîche. On discute puis arrive Boulaïone et son mari et on s’installe tous devant le temple (leur maison) pour manger un plat avec bouillon et viande cuits sur un plat au dessus d’un creuset plein de braises. On se régale et tout le monde passe un bon moment. Ils me chambrent un peu à propos de ma barbe et sont contents de me voir. J’offre à Mamie un des lampions que j’ai ramené du Laos. J’ai Kita pas loin qui lui aussi semble content de me revoir.

     On décolle vers 21h30 et on ne traîne pas à se coucher, comme je dois me lever tôt. Je me regarde quand même un film sans m’endormir avant la fin cette fois.