- 16 Janvier : Grasse matinée jusqu’à 10h, ça fait du bien. Je vais aller visiter la ville à pied. Je pars vers 11h. Je m’arrête à une terrasse au dessus du Mékong pour prendre un café avant de faire des bornes à pied et un smoothie. Ils ne sont pas trop pressés mais ça me va car j’ai le temps. Il fait un peu frais au bord du Mékong car c’est nuageux et il y a un peu de vent. Je m’avance vers le bout de la péninsule et passe devant un wagon de guesthouses et de petits restos avec terrasse sur le Mékong. Je croise pas mal de gens qui étaient sur le bateau. Je m’arrête de nouveau dans un autre café resto en terrasse à contempler un magnifique arbre couvert d’une plante symbiotique sur tout le tronc et les branches. Ils vendent des cocos fraîches alors j’en prend une et bois le jus et me commande finalement à manger. Je goûte les fameuses algues du Mékong séchées puis frites 1 seconde seulement et couvertes de sésame et ail, avec un panier de riz gluant. C’est délicieux mais un peu gras alors même si ça ne pèse rien ça devient bourratif. En dessert je me fais couper ma coco et mange la chair d’une des moitiés.

      Je continues ensuite mon chemin vers la pointe où la Nam Kane rencontre le Mékong. Là je vais visiter un des plus beaux temples de Luang Prabang, le Wat Xieng Thong datant de 1560. Plusieurs chapelles à voir, à l’arrière d’une on peut admirer l’arbre de l’illumination fait en mosaïque et dans une autre voir un char funéraire immense et dans une autre un Bouddha couché. Un peu plus loin vers la pointe je retrouve le couple âgé de l’île de Jersey qui étaient avec moi depuis Chiang Mai. Ils ont loué des vélos et discutent avec un autre couple qui viennent d’aller voir le village en face sur l’autre rive de la Nam Kane. Ils disent que c’est sympa à voir. On paie une petite contribution pour passer sur le pont en bambou qui enjambe la rivière et on peut se balader dans tout le village voir des artisans travaillant la soie, d’autres l’écorce de mûrier blanc avec laquelle ils font des lampions, des cadres, bouquins, plateaux. J’achète quelques autres lampions et une lampe de chevet. Je passe visiter le temple vite fait car il vaut le coup d’œil.

      Je retraverse la rivière et la longe afin d’aller voir dans le quartier où est censé se trouver l’office de tourisme et visite du coup un autre temple où je retrouve de nouveau un autre couple de jeunes qu’il y avait dans le bateau. Je n’arrive pas à trouver le point d’information cité sur le plan mais par contre j’ai repéré l’endroit où on peut faire des saunas aux herbes avec thé à volonté entre les séances (Croix rouge Lao). Je m’arrête un peu plus loin et me fais une soupe pour me donner du courage pour faire l’ascension du mont Phousi afin d’aller y voir le temple (Wat Tham Phusi) et la vue magnifique sur le Mékong au coucher du soleil. Raide mais très beaux bouddhas à voir et la vue en effet sublime. Je revois le jeune néerlandais que je suis depuis Chiang Kong. Descente par l’autre escalier qui arrive direct dans le night Market où je me hâte pour repérer un DAB et retirer des sous car je suis à sec. J’y retrouve les allemands d’hier de nouveau. Je suis millionnaire en Kips (environ 90€)…pas longtemps car je paie ma chambre en arrivant (80000kips).

      Je me remets en manches longues et je vais aller me faire un petit tour comme hier dans le marché pour manger et retourner finir de mettre à jour mon blog avec la wifi du bar d’hier soir. Je teste un nouveau truc à base de riz, de cacahouetes, de citronelle enroulé dans de la laitue, c’est très bon. En cherchant à manger je retombe sur un couple d’anglais que j’avais vus sur le bateau. On discute un brin et puis on se dit qu’on se verra plus tard au Hive Bar. En fait on se revoit dans la rue étroite où l’on peut manger. On rediscute à nouveau et finalement on mange ensemble à un des buffets du marché. Ils s’appellent Joe et Rachel, et comme beaucoup d’autres européens que j’ai rencontrés, partent sur 6 à 7 mois de voyage. Ils ont déjà fait un mois en Thaïlande, passent deux mois au Laos, puis feront 1 mois au Vietnam, puis peut-être la Malaisie et enfin l’Australie. Au final on papotte pas mal et il se fait tard pour aller boire un verre. Je vais quand même au bar d’hier soir pour me connecter en Wifi avec la même clef. Je met à jour mon blog et cause un moment avec un savoyard qui m’explique son trip en woofing (vivre et travailler à la ferme) à côté de Pai où il est finalement resté trois semaines tellement c’était bien. J’espère que ma guesthouse sera pas fermée.